EHPAD de Blain : les familles, avec la CGT, se mobilisent

mercredi 28 décembre 2016

Communiqué de presse du Syndicat CGT du CHS de Blain concernant les personnels et les résidents de l’EHPAD de Blain (Margueritte de Rohan).

 
En raison des dysfonctionnements chroniques au sein de cet établissement, une assemblée générale, à la demande des personnels sur le site de Bleu Océan s’est tenue le 14 décembre 2016 avec la CGT. En parallèle, un collectif de défense des familles de résidents ont été reçues à l’Union Locale CGT de Blain.
 
Tous sont inquiets des conditions de travail des personnels et des conditions d’accueil des résidents. Le syndicat CGT a été ensuite reçu par la direction. La CGT a officiellement demandé le respect des droits des salariés et de revoir l’organisation du travail afin d’écarter des risques pour les résidents.

Un certain nombre de problèmes ont été pointés :

  • – la distribution des médicaments par les ASH (agent des services hospitaliers) est illégale comme le confirme le rendu de la cour administrative d’appel de Nantes datant du 22 mars 2016. Ou encore, la distribution de gouttes et la gestion des stupéfiants par les aides-soignants,
  • – les manques dans les transmissions entre les équipes,
  • – le respect de la réglementation sur les plannings et le droit à une vie privée (rappel sur repos, changement de planning sans que les agents soient avertis, auto remplacement...).
     
    Le syndicat CGT a également souligné ses inquiétudes concernant les prises en charges des résidents, car le personnel exprime clairement des dysfonctionnements graves :
  • problèmes d’hygiène par manque de douches et de shampoings, les familles comblant ces manques en faisant des shampoings secs,
  • pas de plan de soins,
  • absences de transmissions,
  • glissement de tâches ou exercice illégal du métier infirmier, exercice illégal du métier d’aide-soignant…

La CGT a porté la revendication de ces personnels d’avoir 2 postes aides-soignants en plus par jour et un poste infirmier pour la gestion des traitements. Il est nécessaire d’augmenter les effectifs pour garantir un soin de bonne qualité et de sécurité.

La directrice nous dit chercher des candidats et que la seule responsabilité de la direction ne saurait être engagée.

Le syndicat CGT constate le manque d’anticipation pour un projet mené depuis plusieurs années et avertira les autorités de tutelle afin de les mettre face à leur responsabilité. Un courrier relatant les faits est adressé à l’ARS, au Ministère de la santé. Ceux-ci ont pour devoir de prendre des mesures urgentes pour corriger ces dysfonctionnements constatés pour certains par huissier. Avec les faits cités par les personnels et les familles, l’inspection du travail sera saisie.

À noter que l’ARS a octroyé un budget supplémentaire pour permettre des recrutements mais que l’enveloppe n’est pas assurée d’être pérennisée.

A noter également l’étroite collaboration entre la CGT et le collectif de défense des familles qui après avoir déposé plainte en gendarmerie envisage si rien n’est fait au 15 janvier de :

  • Déposer une plainte collective directement auprès du procureur de la république.
  • Verser les « loyers » des résidents sur la caisse dépôt consignation.(Une première)

La CGT suit au plus près les agents, La création d’une « antenne » CGT est en cours. Un courrier CGT a également été adressé vers l’inspecteur du travail.

Le collectif Services Publics de l’UD CGT 44 apporte son soutien aux camarades de la Santé. La situation intolérable vécue dans cet EHPAD est le résultat des politiques d’austérité qui détruisent notre système de santé, provoquant souffrance au travail pour les soignant-es et prises en charge déficientes pour les patients.













Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.